#SHARETALENT

Un talent à valoriser ?
Une compétence à proposer ?
Une ressource, un équipement disponible ?

#SHAREIDEE

Une solution à un problème ?
Un marché détecté ?
Un nouveau produit à lancer ?
Un besoin détecté ?

L’entreprise Prunières se lance dans l’aventure du Grand Paris

Les époux Prunières organisent une campagne de recrutement en Lozère

 

Anne et Nicolas Prunières ont le dynamisme et l’ambition de la jeunesse. La trentaine tous les deux, ils se lancent avec leur entreprise de location de camions Prunières, dans le chantier du Grand Paris. Depuis un an, ils ont repris le bébé bâti à Aumont-Aubrac soixante ans auparavant par les grands-parents de Nicolas Prunières.

Si le dépôt y est toujours implanté, le siège social est aujourd’hui situé à Poussan (Hérault). “On veut travailler sur les relais de croissance, maintenir et garantir les emplois qu’on a actuellement. C’est dans ce but qu’on a identifié le chantier du Grand Paris comme une opportunité hors norme de développement”, développe Anne Prunières.

La ruralité, un rôle à jouer

Le premier chantier d’infrastructures en Europe, celui de leur carrière, vise a redessiner en partie les transports souterrains autour de la capitale. “On lance donc une campagne de recrutement de chauffeurs dans plusieurs villes de Lozère afin de d’embaucher les “petits bougnats de Paris”, en référence aux Lozériens qui travaillaient à l’époque à Paris, explique Nicolas Prunières.

Le but est de participer à notre petite mesure à ce chantier. D’autant plus que si les Jeux olympiques de 2024 sont attribués à Paris, la demande va exploser. Il va y avoir un besoin énorme en camions. Quarante-trois millions de tonnes de déblais sont comptabilisés pour le projet du Grand Paris”, ajoute-il.

Les époux Prunières sont persuadés que la ruralité peut être bénéfique. “On est convaincus des qualités humaines des hommes et des femmes de notre territoire. On veut valoriser les compétences de nos citoyens lozériens et des départements du Massif Central. La ruralité a un rôle majeur a jouer dans le développement de la capitale”, conclut Nicolas Prunières.

“On peut travailler à Paris et vivre en Lozère”

Six dates sont prévues dans la tournée d’entretiens d’embauches : ce mardi 20 juin à la place du Foirail de Mende, le samedi 1er juillet à la mairie de Langogne de 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h à la Maison de services au public de Florac. Petite pause de quinze jours avant de prendre la direction de nouveau de Mende le samedi 15 juillet de 9 h à 12 h à l’espace Polen.

Le samedi après-midi (15 h-18 h) et le dimanche (9 h à 18 h) retour sur le fief de l’entreprise à Aumont-Aubrac à la mairie et à l’entrepôt Prunières. “On peut travailler à Paris la semaine et vivre en Lozère. On est convaincu que demain en utilisant la ressource humaine, on aura une qualité de service différente”, explique Anne Prunières.

“On a voulu faire une campagne de recrutement originale. On souhaite attirer des profils jeunes. Par exemple, ça peut permettre à de futurs agriculteurs de mettre de l’argent de côté pendant quelque temps et ensuite d’acheter une ferme en Lozère. Des gens qui ne sont pas du tout du métier sont les bienvenus. On a les possibilités de les former”, précise Nicolas Prunières. Les dirigeants souhaitent embaucher dix personnes qualifiées en septembre, vingt-cinq en janvier et cinquante d’ici 2020.

“Avec Pôle emploi, on a un dispositif qui nous permet de financer à 100 % le permis poids lourd et la formation initiale. Il nous faut obligatoirement des personnes déjà formées uniquement pour septembre”, détaille Anne Prunières.

 

Source : Midi-Libre – BARBARA BAGLIN – 15 juin 2017

Lozère : l’entreprise Prunières se lance dans l’aventure du Grand Paris

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account