#SHARETALENT

Un talent à valoriser ?
Une compétence à proposer ?
Une ressource, un équipement disponible ?

#SHAREIDEE

Une solution à un problème ?
Un marché détecté ?
Un nouveau produit à lancer ?
Un besoin détecté ?

Le mobilier acoustique de Frédéric Bousquet au musée de Céret

Le Lozérien Frédéric Bousquet a imaginé un métronome géant, et une oreille géante, qu’il va livrer cette semaine au Centre international de musique populaire de Céret (Pyrénées-Orientales).

Dans le cadre d’une aide à la création, le Lozérien Frédéric Bousquet a imaginé un métronome géant, et une oreille géante, qu’il va livrer cette semaine au Centre international de musique populaire de Céret (Pyrénées-Orientales). “Deux œuvres monumentales, qui ont comme portée symbolique d’écouter le monde, le silence, et chuchoter à l’oreille du monde”, explique le facteur d’instruments de musique électroacoustique, dans son atelier du Tomple, sur le causse Méjean, au-dessus de Florac.

Ces deux sculptures surréalistes, “clin d’œil à Dali et à Man Ray”, constituent deux nouveaux éléments de mobilier sonore, dont le Lozérien s’est fait la spécialité. “Ils apportent dans les lieux où ils sont installés une signature, indique Frédéric Bousquet. Nous sommes les seuls au monde à faire du mobilier acoustique. J’ai par exemple fabriqué une croix sonore, qui réagit au chœur. Elle est utilisable pour le culte catholique ou protestant. Pourquoi pas à Sainte-Énimie, ou au Pont-de-Montvert”.

Un “mur du son”

Comme la croix sonore, l’oreille et le métronome géants sont fabriqués en acier inoxydable aéronautique, à base de “plaques de réverbération, qui vont réagir à des vibrations, explique le concepteur. Au départ j’ai pensé au métronome de Dali. J’ai placé à l’intérieur un battant, pour faire vibrer les plaques. L’idée étant d’écouter la pulsation du monde. Pour un musicien, un métronome est un compagnon de route. Il rythme la marche du temps”. Quant à l’oreille géante, elle produira un son différent, en fonction d’où se placera le chanteur qui voudra la faire réagir.

Les œuvres de l’artisan d’art lozérien seront mises en situation au musée de Céret, du 15 février au 15 juin. En suivant, l’exposition s’étalera sur 18 mois. S’il a accepté d’y figurer, c’est pour “fédérer le plus grand nombre d’acteurs de la facture instrumentale contemporaine”, précise Frédéric Bousquet.

“En l’affichant comme un courant majeur. Le public ne suppose pas toute la diversité qui existe dans ce domaine. Les gens connaissent le son, mais pas l’objet physique”, poursuit-il. Pourtant les créations de ce maître artisan en facture instrumentale sont connues dans le monde entier. L’an dernier par exemple, il a imaginé un “mur du son” pour un producteur New-yorkais, qui illustre les films d’Angelina Jolie.

Un instrumentarium comme outil pédagogique

La société Titanium Sound de Frédéric Bousquet est la seule de Lozère à bénéficier du label “Entreprise du patrimoine vivant”, quand elles sont 23 en Aveyron. Car le facteur d’instruments de musique électroacoustique s’approprie l’environnement du causse Méjean pour imaginer ses créations. “Ici, la qualité du silence est remarquable, précise-t-il. Le Parc national des Cévennes a une politique de patrimoine sonore, qui a mis en place des randonnées sonores, des concerts sous les étoiles, etc. Nous sommes dans une réserve bioacoustique. Mais il faut que les gens en prennent conscience. Profitons de cela, c’est vraiment unique”.

Celui qui se revendique comme un “créateur de sons” a aussi imaginé «”un instrumentarium, un outil d’apprentissage pour l’éducation nationale, l’enseignement musical, la pédiatrie ou les instituts de santé, et le monde associatif. Titanium Sound compte mille établissements clientèle”.

Source : Lozère : deux sculptures sonores de Frédéric Bousquet

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account