#SHARETALENT

Un talent à valoriser ?
Une compétence à proposer ?
Une ressource, un équipement disponible ?

#SHAREIDEE

Une solution à un problème ?
Un marché détecté ?
Un nouveau produit à lancer ?
Un besoin détecté ?

Le chocolat alésien Malakoff devrait s’installer en Lozère

L‘unité de production alésienne de chocolats et pâtes à tartiner se délocalise pour se développer.

Source : Midi-Libre – 13 octobre 2016 – Le chocolat alésien Malakoff devrait s’installer à Mende

 

 

C’est à Lyon sur un salon international que Romain Chollier, le patron de Malakoff et Cie, une entreprise artisanale du bassin alésien, rencontre Lozère Développement. Depuis une dizaine de mois, elle cherche avec Alès Myriapolis, l’agence gardoise, une solution immobilière pour développer de nouveaux projets. En vain. Lozère Développement prend le relais sur le département et des locaux, avec un certain cachet, sont finalement trouvés. Leur acquisition est en cours.

“Nous avons une histoire à Alès et ça ne nous empêche pas de grandir ailleurs”

La volonté de Romain Chollier, le gérant, qui est actuellement dans le plein rush de la fin d’année, est de pouvoir démarrer la production, en Lozère, fin février 2017. Avec trois emplois à la clé : deux sont en cours de recrutement via les Pôles emploi d’Alès et de Mende, le troisième pour juin prochain pour la boutique qui sera attenante à l’unité de production.

Dans le Gard, la chef de production qui ne souhaite pas se délocaliser, se verra confier la boutique alésienne pour laquelle la marque cherche actuellement un emplacement en centre-ville. “Nous ne laissons personne sur la touche. Et nous n’abandonnons pas Alès, nous souhaitons y laisser une très belle boutique, explique Romain Chollier. Nous avons été lauréats d’Alès Audace en 2015 avec le premier prix entreprenarial. Ce prix m’a vraiment fait grandir et c’est à partir de là que j’ai eu envie de voir plus loin. Nous avons une histoire à Alès et ça ne nous empêche pas de grandir ailleurs.” Un choix professionnel qui correspondait également à une envie familiale.

Vendre ses gourmandises à l’export

Parmi les projets de développement de Malakoff et Compagnie, la création d’une franchise. “La boutique d’Alès sera magasin pilote, poursuit Romain Chollier. Mais nous savons que le développement en boutique spécialisée est possible et viable puisque nous avons déjà deux magasins à Agde et Pézenas.” Le chocolatier autodidacte espère bien aussi vendre ses gourmandises à l’export.

“C’est une jeune entreprise. Nous l’avons accompagnée comme une start-up, explique Sébastien Oziol, directeur de Lozère Développement. Une fois le site trouvé en Lozère, nous l’avons accompagnée pour structurer sa dette et accéder à cet immobilier. Il a fallu convaincre les banquiers et le propriétaire. La CCI a, de son côté, réalisé un accompagnement classique d’installation avec la recherche de fonds européens et régionaux notamment.”

Avec une gamme de 38 pâtes à tartiner et sept barres chocolatées dans différents formats (étuis, carrés gourmands…), Malakoff et Cie produit actuellement 24 à 25 tonnes annuelles, pour 20 tonnes de matières premières. L’entreprise a réalisé en 2015, 410 000 € de chiffre d’affaires avec une prévision de 30 % d’augmentation cette année.

Retrouver les chocolats de l’enfance

Originaire de Champagne, ayant travaillé de nombreuses années dans la restauration, c’est pour suivre son épouse (qui travaille désormais avec lui) que Romain Chollier devient le gérant d’une crêperie dans la cité gardoise. “Dès la première année, j’ai inventé une pâte à tartiner au chocolat, sans huile de palme car je ne voulais pas servir celle que tout le monde connaît !, se souvient Romain Chollier. Les clients d’un certain âge me parlaient toujours du chocolat Malakoff, le goût de leur enfance. Alors, pendant 10 mois, avec quinze clients nous avons fait des essais : ils goûtaient ce que je préparais en cuisine. Qu’est-ce qu’on a pu en manger du chocolat !”

En 2010, au salon Miam, Romain Chollier présente ses premiers Malakoff. “Chacun a une anecdote liée à ce chocolat. Moi, après avoir travaillé si longtemps dans le service en restauration, j’avais pris l’habitude d’écouter les clients pour mieux être aux petits soins pour eux. C’est ce que j’ai fait avec mes chocolats. Je n’y connaissais rien. J’ai appris sur internet et de mon expérience. En répondant à leurs attentes.”

En 2011, la production de Malakoff et Cie est lancée à Saint-Christol-les-Alès. Elle est vendue à des grossistes. Aujourd’hui, elle a 300 revendeurs en France. “Le local nous semblait trop grand.” Cinq ans après, il se révèle trop petit. D’où cette arrivée annoncée en Lozère. “Attention, nous sommes artisans, nous ne nous revendiquons pas industriels, même après notre déménagement à venir.”

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account